Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Histoire du boudoir

Publié le par Françoise

Histoire du boudoir
Histoire du boudoir
Histoire du boudoir

Le mot boudoir trouve son origine dans le mot bouder attesté en 1740 dans le Dictionnaire de l'Académie. En 1929, il devient un petit gâteau long recouvert de sucre cristallisé.Il est dégusté souvent avec le champagne.

Sur le site de France Info
Il ne faut pas confondre boudoir et biscuit à la cuillère.
- Le premier, plus sec, est fabriqué à partir d'un œuf entier.
- Dans le deuxième, le blanc est monté à part, puis incorporé à la pâte. Peut-être introduit en France par Catherine de Médicis, c'est à Antonin Carême, cuisinier de Talleyrand, que l'on doit l'invention définitive de ce merveilleux gâteau moelleux, utilisé pour confectionner les tiramisu ou les charlottes, mais qui se laisse aussi déguster en solitaire accompagné d'une crème, trempé dans un café, ou imbibé d'un peu d'alcool.
Cuit en deux fois, "bi-cuit", d'où son nom, sa pâte était délicatement tournée à l'aide d'une cuillère en bois. Thierry Marx en livre ici sa ve
rsion.
Wikipédia : Le boudoir (biscuit)
Les boudoirs sont des biscuits secs et croquants, de forme allongée, et saupoudrés de sucre cristallisé. Ils servent traditionnellement d'accompagnement au vin ou au champagne et sont de ce fait parfois appelés biscuits champagne1. Ils sont également utilisés dans la confection de charlottes et de tiramisu.

Blog :Le chemin des aiguilles
« Le boudoir, comme lieu d’intériorité, est une véritable invention du XVIIIème siècle, que ce soit dans le terme, dans la forme ou dans l’usage. Le terme
, apparaît en 1740 dans le dictionnaire de l’Académie Française, qui le dit familier, et le définit comme « petit cabinet où l’on se retire quand on veut être seul ».
Le dictionnaire de Trévoux précisera en 1752 : « petit réduit, cabinet fort étroit, auprès de la chambre, ainsi nommé apparemment parce qu’on a coutume de s’y retirer pour être seul, pour bouder sans témoin, lorsque l’on est de mauvaise humeur. »
Monsieur se retirera dans son cabinet pour vaquer à ses affaires,
quand Madame ira dans son boudoir pour s’adonner à
des plaisirs oniriques, intellectuels, ou plus prosaïquement, charnels.
Audrey Higelin
-Fusté

L’Académie française attendra 1835 pour préciser l’acception du terme, précisant qu’il s’agit d’ « un cabinet orné avec élégance à l’usage particulier de ces dames ».

Boudoirs remarquables
Le boudoir du Petit Trianon, réalisé par Mercklein et Courbin
Le petit boudoir dans le Château de Cheverny5

Le plaisir de la langue française : un seul mot pour plusieurs sens.

Partager cet article

Repost 0

Histoire du biscuit

Publié le par Françoise

Histoire du biscuit
Histoire du biscuit

Le biscuit

Sur le blog Ca m'intéresse -Origine du mot biscuit
Une idée de son origine ?
Eh bien le biscuit s'appelle ainsi car il a été cuit deux fois: "Bis-cuit".
Cette appellation remonterait au Moyen-Age. Pour supporter les longues traversées, les marins emportaient avec eux une gourmandise à base de farine, d'eau et d'oeufs qu'ils cuisaient deux fois pour que ces dernières ne s'abîment pas pendant le voyage.
Penchons-nous sur la version italienne: la biscotte. Eh oui ce mot est bien construit selon le même modèle soit "Bis-cotto" en italien. Il semblerait que ce soit un boulanger, qui pour conserver plus longtemps ses invendus, avait eu l'idée de cuire son pain deux
fois.
A partir du XVIIème siècle, le mot biscuit sera utilisé pour les génoises, le quatre-quarts ou le gâteau de savoie.
De nos jours, le mot biscuit est utilisé pour définir tous les petits gâteaux secs.

Wiktionnary
Cuisine Pain en forme de galette ronde ou carrée auquel on a donné deux cuissons pour le durcir et dont on fait provision pour les voyages sur mer, qui sert également à la nourriture des troupes en campagne.
- Je continue à me nourrir presque uniquement de biscuits. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil ; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
- Enfin, vers midi, une balancelle, montée par des corailleurs espagnols, aperçut nos signaux et la fumée de nos feux ; elle s’approcha et nous jeta un sac de biscuits de mer, du pain et du tabac, puis cingla vers Oran pour annoncer notre naufrage. — (Zurcher & Margollé, Les naufrages célèbres, Paris : Hachette, 1877, p.252)
(Pâtisserie) Gâteau sec, pâtisserie, faite ordinairement avec de la farine, des œufs et du sucre.
Arts de la céramique
Sorte de porcelaine cuite au four et qu’on laisse dans son blanc [mat], sans peinture ni couverte.
- Toute la vaisselle, en biscuit fin verni dans le vide, ne pesait presque rien. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, p. 167 de l’éd. de 1921).
Un biscuit de Sèvres.
(Technique) Partie non décarbonatée d’une pierre à chaux calcinée.
Les incuits ou biscuits offrent un noyau en tout semblable à la pierre calcaire non calcinée ; ils font effervescence avec les acides, parce qu’ils contiennent encore une grande quantité d'acide carbonique, dont le terme moyen est évalué à 40 pour 100 de la quantité primitive. — (Théodore Chateau ; « Technologie du bâtiment spécialement destiné aux ingénieurs, architectes, … », 1863)
(Désuet) Lampion qui était utilisé dans les théâtres pour éclairer la scène.

Partager cet article

Repost 0

Petite histoire d'une pelote oubliée

Publié le par Françoise

Petite histoire d'une pelote oubliée

Hier au club, j'ai vu apparaître cette grosse pelote de laine, Pingouin, âgée de plus de 20 ans.
300 g, donc l'équivalent de 6 pelotes standard. Enoooorme !!!!
Une belle couleur, une laine douce, j'ai trouvé cette pelote magnifique. Ce n'est qu'une pelote, certes, mais sortie d'un placard où elle avait été oubliée, elle va être transformée enfin en un joli pull. Le point choisi par notre amie donne la promesse d'une belle réalisation.
Pingouin, nous n'en trouvons plus dans nos villes et nos campagnes. Persuadée que la marque avait totalement disparu, j'ai trouvé des sites sur le net qui proposent toute une gamme de jolis fils.

Publié dans Tricots

Partager cet article

Repost 0

La cuisine en littérature

Publié le par Françoise

La cuisine en littérature

Le Baba au rhum
Gâteau de forme ronde, avec un trou au milieu, imbibé de sirop fait à base de sucre, de rhum.
Stanislas Leczinski, beau-père de Louis XV, ancien roi de Pologne, exilé en Lorraine trouvait le kougelhopf trop sec. C'est donc à partir de ce moment qu'un sirop fut ajouté d'abord avec du Tokay et ensuite vint le rhum. Le roi Stanislas ayant lu Ali Baba aurait appelé ce gâteau "Baba". Légende ou réalité ?
Petit modèle, ou modèle familial, Il peut être garni de crème pâtissière ou de crème chantilly.

Puis s'arrêtant à l'endroit où sont dressés ces sortes de gâteaux qu'on m'a dit se nommer éclairs et babas, il touche du bout du doigt une de ces pâtisseries, puis une autre, et il fait envelopper ces bagatelles de bouche dans une feuille de papier. Anatole France, L'Orme du mail, 1987.
D'autres marchands s'approchèrent, elle remplit mes poches de tout ce qu'ils avaient, de paquets tout ficelés, de plaisirs, de babas et de sucres d'orge. Elle me dit "vous en mangerez et vous en ferez manger aussi à votre grand'mère"..Marcel Proust, A l'ombre des jeunes filles en fleurs, 192
1.

Wikipédia
C'est un gâteau préparé pour les principales fêtes religieuses (Noël ou Pâques), depuis des temps immémoriaux. Devenu duc de Lorraine, le roi Stanislas a apporté la recette dans son château de Lunéville et Diderot évoque le “baba” dans une lettre à Sophie Volland en 1767. Cette pâtisserie connaîtra un succès indéfectible durant les XIXe et XXe siècles, avec quelques adaptations.
Mais c’est en 1835 à Paris que le pâtissier parisien Nicolas Stohrer, descendant du chef-pâtissier polonais du roi Stanislas, devint le spécialiste de ce dessert en remplaçant la liqueur de tanaisie3 par du rhum.
Le babà est aussi le gâteau favori des Napolitains. Il se décline au rhum ou à la liqueur de limoncello (écorce de citron). Il se déguste seul ou accompagné de glace à la vanille. En Campanie, il bénéficie d'une appellation au titre des « produits agroalimentaires traditionnels » italiens.
Un de mes desserts préférés, qui sans être trop sucré, ressemblerait à cette photo trouvée sur le net.


Partager cet article

Repost 0

La cuisine en littérature

Publié le par Françoise

La cuisine en littérature
La cuisine en littérature

L'andouillette

En Champagne-Ardenne, nous connaissons bien l'andouillette. Rien à voir avec l'andouille.
AAAAA : Association Amicale des Amateurs d'Andouillettes Authentiques.

Vous pouvez déguster les andouillettes grillées, poêlées, avec de la moutarde, du raifort, avec des pommes de terre sous n'importe quelle forme ! purée, sautées, rôties etc.
Il mangea son rôti sans appétit et sa femme se demanda pourquoi il lui disait tout à coup : demain tu nous feras des andouillettes..(Georges Simenon, Maigret et le client du samedi, 1962).
Le produit, « typiquement français », prête à littérature gastronomique fantaisiste et à publicités nourries d’historiettes fallacieuses.
Alimentation.gouv.fr
L’ Association amicale des amateurs d’andouillettes authentiques, souvent dite "5A", créée à la fin des années 1960, signale, lors de dégustations à l’aveugle, les andouillettes de qualité (moelleuses et pas trop grasses) et fabriquées de façon régulière. Celles-ci se voient décernées le très sérieux diplôme « AAAAA ».
La mention « pur », suivie de l’indication d’une espèce animale, ne peut être revendiquée que pour les andouillettes élaborées avec la matière provenant d’une seule espèce, le porc. La mention « authentique » ou « véritable », suivie d’une dénomination géographique, implique obligatoirement que l’andouillette soit fabriquée sur un territoire délimité (ville, cantons voisins et département où elle se situe, région).
Wikipédia
Gilles Pudlowski, qui reprit certaines de ces anecdotes dans Les Trésors gourmands de la France14, se réfère au chroniqueur Jean Froissart au sujet de l'andouillette :
« En 1389, (il) conte qu’Isabeau de Bavière et Valentine de Milan s’en délectent à l’occasion de leur visite dans le fief des comtes de Champagne ».
L'andouillette été citée par de nombreux écrivains et chroniqueurs :
Le romancier, poète et chroniqueur gastronomique Charles Monselet, auteur d'une Ode au cochon15, dédia à l’andouillette l’un de ses poèmes :
Dédaignons la mouillette
Et le côte au persil.
Crépine sur le gril,
Ô ma fine andouillette.
Certes, ta peau douillette
Court un grave péril.
Pour toi, ronde fillette,
Je défonce un baril.
Siffle, crève et larmoie,
Ma princesse de Troyes,
Au flanc de noir zébré.
Mon appétit te garde
Un tombeau de moutarde
De Maille ou du Vert-Pré.
Alexandre Dumas, dans son Grand Dictionnaire de cuisine (manuscrit de 1870, parution 1873) : « Les meilleures andouillettes que j’ai mangées, et je n’en excepte pas celles de Troyes, sont les andouillettes de Villers-Cotterêts. Le charcutier qui les fabrique se nomme Lemerré et demeure en face de la fontaine. »
Joris-Karl Huysmans, dans Marthe, histoire d’une fille, paru en 1876 (réédition 2002, Les Éditions de Paris) : « À part une tourbe de riboteurs qui venaient se repaître de galimafrés d’andouillettes et de tripes à la mode de Caen, la grande salle était déserte. »
Christian Millau consacre un chapitre à l'andouillette dans Dictionnaire amoureux de la gastronomie16. Il en parle comme d’une friandise porcine, se rappelle avec émotion une dégustation d’andouillettes de Simon Duval au Pactole, chez Jacques Manière (l’un des restaurateurs pionniers de la « nouvelle cuisine »), cite un étonnant élaborateur disparu, Jacques Menard, et l’ingénieur des Mines maintenant charcutier Benoît Lemelle.
Rappelant que son médecin prenait l’air peiné lorsqu’il lui confiait : « J’adore l’andouillette », il précise :
« L’andouillette n’est pas un engin de mort. Grillée, elle ne compte pas plus de 300 calories, moins que du boudin, du jambon cru ou du saucisson sec. Ce sont les frites qui font grimper l’addition … » et d’ajouter : « De toute façon, je n’allais pas, nouveau Titus, dire adieu à ma Bérénice. L’andouillette et moi, c’était une trop belle histoire d’amour. »
Pierre-Brice Lebrun, auteur du seul livre existant aujourd'hui sur l'andouillette de Troyes17 a retrouvé à la BnF un "manuscrit original" de 159018 : c'est la plus ancienne mention de la présence de l’andouillette à Troyes. Il conteste également dans son ouvrage beaucoup des anecdotes véhiculées sur l'andouillette, à Troy
es et ailleurs.
Pour moi : grillée, moutarde, frites, salade !

Partager cet article

Repost 0

Ruette - Portes ouvertes chez Marylène

Publié le par Françoise

Atelier Patchwork et point compté - Ruette

Ruette - Portes ouvertes chez Marylène

Publié dans Patchwork

Partager cet article

Repost 0

Lumière d'éclipse

Publié le par Françoise

Lumière d'éclipse
Lumière d'éclipse

Magnifique lumière ce matin sur la cathédrale de Strasbourg pendant l'éclipse.

Partager cet article

Repost 0

Fleurs sur nappe - Broderie créative n° 60

Publié le par Françoise

Je feuillette cette superbe revue Broderie créative (n° 60) et je vois dans les transferts, ce joli centre de nappe fleuri.
Je récupère une jolie toile jaune, et je décide de reporter le transfert sur le centre de ma future nappe.
Les couleurs que je choisis sont les couleurs que je trouve dans mes fauteuils.
Trois points : le point de tige et le point arrière, ainsi que le point n° 56 de ma Pfaff passeport 2.0 pour faire l'ourlet.
J'ai prévu de transférer quelques fleurs jetées ici et là, pour compléter cette broderie, ou pas !

Fleurs sur nappe - Broderie créative n° 60
Fleurs sur nappe - Broderie créative n° 60
Fleurs sur nappe - Broderie créative n° 60
Fleurs sur nappe - Broderie créative n° 60
Fleurs sur nappe - Broderie créative n° 60
Fleurs sur nappe - Broderie créative n° 60

Publié dans Broderies

Partager cet article

Repost 0

La-crème-chalumée-de-miss-Lovegood

Publié le par Françoise

J'ai menti.
J'avais dit que l'on ne trouverait pas de recette sur le site de Lady Pénélope.
Eh bien voilà c'est fait !
La crème brulée façon Lady Pénélope ! et je sais qu'elle adore ce dessert !
A lire et à consommer sans modération !!!

Publié dans Recettes

Partager cet article

Repost 0

Omelette vietnamienne

Publié le par Françoise Pastel

Omelette vietnamienne

800 g de viande de porc hachée
1 gros oignon
10 gros champignons noirs à faire tremper dans l'eau chaude
100 g de vermicelle ou cheveux d'ange (nouilles chinoises blanches fines) trempés dans l'eau chaude
1 carotte râpée
6 oeufs (ajouter un oeuf si nécessaire)
Hacher la viande, ajouter l'oignon haché, les champignons noirs et le vermicelle moulinés, un peu de poivre, un peu sauce de soja.
Ne pas ajouter de sel.
Ajouter les oeufs 1 à 1 afin de vérifier si l'omelette ne devient pas trop liquide.
Bien mélanger et faire cuire à feu doux.
La retourner et cuire la deuxième face.
(un grand couvercle plat est recommandé, puis faire glisser l'omelette sur le plat de service)
Servir avec une grande salade verte et une sauce pour les nems.

Publié dans Recettes

Partager cet article

Repost 0

1 2 > >>